Jacques Cœur








Jacques Cœur aura le même destin que celui de Nicolas Fouquet. Tous deux auront une ascension fulgurante et une chute rapide, argentiers, ils auront confondu leurs finances avec celles de l'état. Né à Bourges en 1395, Jacques Cœur est le fils d'un pelletier de la ville. L'établissement de la cour du futur Charles VII à Bourges en 1418, va être le départ de son ascension. Il épouse en 1420 la petite fille du maître des monnaies de la ville et entre ainsi dans le milieu financier. Fermier des monnaies en 1429, il profite de son titre pour détourner des fonds (il émet une somme d'argent supérieure à celle autorisée et garde la différence) le roi estimant Jacques Cœur, le gracie et lui offre sa confiance. Il est nommé maître de la Monnaie à Bourges en 1433, puis deux ans plus tard grand argentier du roi. Jacques Cœur financera toutes les guerres du roi. En 1441, il est nommé commissaire royal, le roi l'anoblit et le charge de la collecte des impôts en Languedoc et de former le parlement de Toulouse. Entreprenant, il va se constituer une fortune immense en s'impliquant dans l'exploitation des mines, dans l'industrie et le commerce, il deviendra le plus grand propriétaire se faisant construire des maisons dans toutes les grandes villes du royaume, et offre des fêtes somptueuses. Jacques Cœur ayant mis sa fortune au service du royaume pour chasser les Anglais de la Normandie, le roi doit fermer les yeux sur ses exactions. Étant devenu trop puissant, trop riche, les grands du royaume ainsi que le roi, lui doivent des sommes astronomiques. La noblesse endettée va tout faire pour le perdre. Il est accusé de vendre des armes aux Égyptiens, et d'avoir détourné à son profit toutes les marchandises. Ces accusations n'étant pas suffisantes, on l'accusera d'être l'amant d'Agnès Sorel favorite de Charles VII.  Connaissant déjà l'ingratitude du roi pour Jeanne d'Arc, personne ne s'étonnera qu'il le fasse arrêter en juillet 1451. Les accusations se poursuivent, il est alors accusé d'avoir empoisonné Agnès Sorel décédée l'année précédente, mais il prouvera très vite que se n'est pas lui. Cela n'arrête pas les détracteurs, il est accusé de détournements de fonds. Tous ses biens sont confisqués par le roi, enfermé au château de Poitiers, il est condamné à verser une somme de 400000 écus. Il s'évade en 1454 et trouve refuge auprès du pape Nicolas V. Calixte III successeur de Nicolas V lui confie une flotte, pour combattre les turcs. Il meurt en 1456.


Dernière Modification   26/12/16

© Histoire de France 1996