Saint Éloi








Saint Éloi est né en 588 dans le Limousin. Il devient l'argentier de Clotaire II, puis le trésorier de Dagobert 1er. Il est élu évêque de Noyon en 641. Ses parents étaient gallo-romains et originaires de Chaptelat près de Limoges. Très vite le jeune Éloi prend goût au travail des métaux et entre en apprentissage chez un orfèvre. D'après Saint Ouen, évêque de Rouen et auteur d'un récit sur Saint Éloi, ce dernier aurait été l'auteur es chasses de Saint Julien, Saint Lucien et Saint Maxien au VIIè siècle. Il se rend ensuite à Paris et travaille pour un orfèvre renommé attitré au palais royal. Les techniques de l'art mérovingien s'étendent sur une période identique à celle du gothique, mais sont restées assez mal connues. Le roi est amené à prendre Saint Éloi à son service lorsque ce dernier réussit à fabriquer sans tricher, deux trônes avec l'or fourni pour un seul. Il devient le conseiller du roi, très écouté il est chargé de gérer les finances royales. Clotaire II meurt en 629 et Dagobert 1er devient ri des Francs en 632. Saint Éloi exercera la charge d'officier de chancellerie, puis devient évêque de Noyon en 641. Malgré sa volonté de rendre le message chrétien accessible à tous, le paganisme reste vivace. Avec ses missionnaires il va évangéliser les régions de Noyon, Gand et Courtrai. Il fonde l'abbaye de Solignac près de Limoges, de nombreux monastères et couvents. Il meurt à Noyon en 659 il est inhumé près de l'église dédiée à Saint Loup à Troyes



Dernière Modification   26/12/16

© Histoire de France 1996