La dynastie des Mérovingiens




Le passage du Limes par les peuples barbares et leur implantation massive sur le sol de la Gaule fut à l’origine de l’avènement des Mérovingiens. Repoussés eux-mêmes vers l’ouest, ils ont été attirés par la très grande richesse de la Gaule, elle pouvait nourrir une population supérieure à la sienne. Toutefois il faut dire que le nombre des barbares qui franchirent le Limes au Vè siècle était moins important qu’on la cru, chaque peuple ne représentant que quelques milliers d’hommes. On peut dire qu’il n’y a pas eu de bouleversement ethnique. Il faut se souvenir qu’avant cette invasion la Gaule avait connu l’hospitalitas qui avait permis à de nombreux germains de s’installer en Gaule. Stilicon, obligé de dégarnir la frontière du Rhin au début du Vè siècle en confie la défense aux Francs " ripuaires ", ennemis d’hier devenus alliés au titre de fédérés. A la suite de ces invasions, la Gaule va se trouver partagée entre 4 peuples germaniques. Les Wisigoths installés depuis 416 en Aquitaine étendent leur domination vers le nord jusqu’à la Loire et vers l’est jusqu’à la Provence incluse. Les Burgondes, installés en 443 entre les Alpes et le Jura, avaient ensuite pris peu à peu possession des vallées de la Saône et du Rhône jusqu’à la Durance, sans aller au-delà de la Loire. Ces deux peuples qui avaient su créer deux royaumes très puissants, s’étaient intégrés dans des régions où le peuplement gallo-romain restait prédominant. La partie septentrionale de la Gaule était en revanche aux mains des Francs et des Alamans. Les Francs saliens occupaient un territoire exigu situé entre l’embouchure du Rhin et celle de la Somme : ils y formaient un groupe cohérent dans une région pratiquement dépeuplée. Les Francs ripuaires avaient réussi à occuper, en cette fin du V siècle, la rive gauche du Rhin, à l’est de la Meuse, et la vallée inférieure de la Moselle. Enfin les Alamans avaient pu s’infiltrer entre les Francs ripuaires et les Burgondes. Au milieu de ces 4 peuples, subsistait entre la Somme, la Meuse et la Loire un reliquat de la Gaule impériale, l’État de Syagrius. L’unification de ce conglomérat de peuples fut l’œuvre de Clovis (482-511) et de ses fils qui réussirent à imposer leur hégémonie; La victoire de Soissons en 486, livra le royaume de Syrius, celle de 496 rejeta les Alamans au-delà du Rhin, celle de Vouillé apporta le royaume des Wisigoths. En revanche, la lutte contre les Burgondes fut plus ardue, et ce n’est qu’à partir de 534 qu’ils furent entièrement soumis aux Mérovingiens. Cette conquête avait été facilité par la conversion au catholicisme de Clovis. "Notre pays est né du mariage de l’Église et de l’État. Toute notre histoire sort du baptême de Clovis en 496" ( Alain Peyrefitte ).
Photo R.Castelain


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996