Dates de l'histoire de France de 1867 à 1945   page 2

19 Septembre 1870    Début du siège de Paris par l'armée prussienne
19-20 Septembre 
Entrevue de Ferrières. Entre Jules Favre et Bismarck. Le ministre français des Affaires étrangères repousse les exigences de la Prusse au sujet de l'Alsace-Lorraine.
Octobre  Thiers parcourt l'Europe.
Il se rend à Londres, Vienne, Saint-Pétersbourg et Florence pour y trouver des soutiens diplomatiques. Il n'obtient rien.
9 Octobre  Gambetta quitte Paris en ballon.
27 Octobre  Bazaine capitule à Metz.
3 Novembre  Le gouvernement se replie à Bordeaux.
9 Novembre  L'armée de la Loire victorieuse.
28 Novembre-4 Décembre  Défaites françaises à Beaune-la-Rolande et à Orléans.
18 Janvier 1871  Proclamation de l'Empire allemand. Dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Terrible humiliation pour la France.
8 Février  Elections à l'Assemblée nationale. Elles amènent une majorité de conservateurs favorables à la paix.
14 Février
  L'Assemblée se réunit à Bordeaux.
17·19 Février Formation du cabinet Thiers. Thiers est élu chef du pouvoir exécutif. Il s'entoure de républicains plutôt ouverts à gauche : Favre (Affaires étrangères), Jules Simon (Instruction publique), Le Flô (la Guerre).
26 Février  Thiers et Favre signent les préliminaires du traité de paix.
1er Mars  Déchéance de Napoléon.
L'Assemblée confirme à l'unanimité moins six voix la déchéance de Napoléon III et ratifie par 547 voix contre 107 et 23 abstentions les préliminaires.
10 Mars  Pacte de Bordeaux. Face à l'Assemblée, Thiers s'écrie : « Je jure devant le pays  de ne préparer sous le rapport des questions constitutionnelles aucune solution à votre insu, qui serait de ma part une sorte de trahison  Monarchistes, républicains, ni les uns ni les autres vous ne serez trompés
17 Mars  Avertissement à Paris. Alors que la capitale, toujours encerclée, s'insurge contre le traité de paix qui se prépare (la cession de l'Alsace-Lorraine au Reich), Thiers prévient les Parisiens qu'il ne laissera pas les désordres s'étendre.
18-20 Mars  Insurrection de Paris Des éléments armés appuyés par la foule empêchent le retrait des canons de la butte Montmartre. Les généraux Thomas et Lecomte sont assassinés. Thiers ordonne l'évacuation de Paris. L'Assemblée s'installe à Versailles
28 Mars  La Commune de Paris est proclamée. A sa tête, une coalition hétérogène de socialistes internationalistes, de républicains et de patriotes intransigeants. Elle dispose, en théorie, de plusieurs dizaines de milliers d'hommes en armes. La lutte entre communards et versaillais commence.
5 Avril Décret des otages.
Pris par la Commune en réponse à plusieurs exécutions sans jugement, il annonce qu'en représailles des otages seront saisis et passés par les armes à raison de trois pour un communard fusillé.
10 Mai 
Signature du traité de Francfort. La France perd l'Alsace et le nord de la Lorraine. Elle doit payer
5 milliards de franc-or d'indemnités.

21-28 Mai  La Semaine sanglante. Sous l'œil des Allemands, les versaillais lancent une offensive générale contre les insurgés. Enfermés dans Paris, désorganisés, souvent en rivalité, voire hostiles les uns à l'égard des autres, les communards refluent. Ils procèdent à plusieurs exécutions d'otages (l'archevêque Darboy, des pères dominicains, 47 autres rue Haxo), ils allument des incendies (l'Hôtel de Ville, les Tuileries, le Palais de justice). La répression est impitoyable. La lutte cesse le 28 à midi. Le maréchal Mac-Mahon proclame : « Habitants de Paris, l'armée de la France est venue vous sauver. Nos soldats ont enlevé en quatre heures les dernières positions occupées par les insurgés. Aujourd'hui la lutte est terminée. L'ordre, le travail, la sécurité vont renaître. » Bilan pour les vaincus : 20 000 morts. La répression légale toucha 36300 personnes. 270  furent condamnées à mort; 26 exécutées.
Juin  
Près de 150 000 Alsaciens et Lorrains choisissent la France et s'expatrient. Plusieurs milliers d'entre eux s'établissent en Algérie.
27 Juin  Souscription à l'emprunt de libération du territoire 4900 millions ·de francs
2 Juillet 
Elections législatives partielles. Elles portent.sur .111 sièges, dont 21 pour la Seine. Succès pour les républicains.
10 Août 
Loi sur les conseils généraux.
Elle, vise à donner plus de responsabilités aux assemblées départementales.
31 Août  L'Assemblée se proclame constituante, Thiers prend le titre de président de la République Française.  Il en exercera les fonctions jusqu'à l'adoption de la Constitution (loi Rivet).
19-20 Septembre  
Evacuation de quatre départements (Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise, Oise) par l'armée d'occupation
17 Octobre  Inauguration du tunnel du Mont-Cenis.
20 Janvier 1872  Fausse démission de Thiers. Mis en minorité sur une question fiscale, Thiers démissionne, mais, à la demande de la quasi unanimité des députés, il reprend ses fonctions.
14 Mars
 
Loi contre l'internationale socialiste.
29 Juin
  Signature avec l'Allemagne de la convention qui prévoit la libération
22 Juillet  Loi militaire.
Un service de cinq ans est institué. Le contingent est, par tirage au sort divisé en deux parties, avec durée inégale du service .. Nombreuses dispenses de service sont accordées : fonctionnaires de l'instruction publique, élèves ries écoles supérieures, séminaristes, membres des congrégations, fils aînés des veuves ... Au total, un système complexe entaché ·d'injustices.
28
Juillet  Ouverture de la souscription d'un emprunt de 3 milliards 500 millions. Il est couvert treize fois. Succès pour Thiers, qui prend comme un répit les vacances parlementaires (13 août-11 novembre).
13
Novembre  Message de Thiers à l'Assemblée nationale. "La République sera conservatrice ou elle ne sera pas"
Mai-Décembre 
Arthur Rimbaud et Paul Verlaine partent pour la Belgique puis séjournent à Londres. Edgar Degas expose Le Foyer de la danse,