La civilisation Grecque 

Page 5

Xerxès rassemble ses troupes, seul son oncle Artabane le met en garde contre l'orgueil et le manque de lucidité. "Le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure....Il ne permet l'orgueil à personne d'autre que lui". Mais Xerxès n'écoute pas et entreprend de gigantesques travaux. Il fait creuser un canal par ses ingénieurs, et prépare un pont de bateaux qui reliera l'Asie à l'Europe en passant par l'Hellespont. Il parvient à obtenir l'aide de Thèbes, mais  apprend en même temps qu'une tempête a détruit son pont de bateaux.  A Abydos, Xerxès passe ses troupes en revue. En tête vient l'infanterie avec les Perses, les Cissiens, les Assyriens, les Indiens, les Caspiens, les Éthiopiens, les Libyens, les Syriens, les Pisidiens et les Mèdes. Puis vient la cavalerie, enfin les Arabes. Avec sa flotte composée de huit cents trières Xerxès est à la tête de quatre cent mille hommes. La deuxième guerre médique est en marche.  ( Cliquez pour visualiser ) Devant la menace, des émissaires sont envoyés, en vain, en Crète, à Syracuse, à Corcyre et en Thrace. Pour faire face au danger la Grèce va réussir à s'unir. En 481 avant JC, à Corinthe, trente cités se réunissent et forment une alliance sous le commandement de Sparte. Face aux quatre cent mille hommes de Xerxès, la Grèce ne peut opposer que cent soixante mille hommes et quatre cents trières. Le plan  de bataille est très vite fixé. pour Sparte et Athènes, le seul endroit pour repousser un ennemi supérieur en nombre, c'est le passage étroit des Thermopyles. Le 15 août 480 avant JC, Léonidas roi de Sparte prend position dans le défilé avec seulement six mille hommes. Grâce à sa tactique militaire et à la bravoure de ses hommes, Léonidas tient bon, il fait répondre à Xerxès qui le somme de rendre les armes "viens les prendre !". Il faudra la traîtrise d'Ephialès pour que Xerxès parvienne à ses fins. Léonidas est prévenu à temps, il renvoie ses hommes, ne gardant que quatre cents Spartiates qui se battront jusqu'à la mort. Ils furent ensevelis là où ils avaient combattu. Sur la stèle qui témoigne de leur bravoure on fit graver ces vers de Simonide.
"Étranger, va dire à Sparte qu'ici nous gisons, dociles à ses ordres"
En apprenant la défaite des Thermopyles, la flotte grecque se replie. Xerxès envahit la Grèce et l'Attique. De nouveau les Grecs sont divisés, les ressortissants du Péloponnèse proposent de couper la route aux Perses sur l'isthme de Corinthe, les Athéniens refusent de voir l'Attique livrée sans défense aux barbares. Thémistocle consulte les chefs grecs, et s'adjoint l'aide de l'amiral spartiate Eurybiade auquel il demande d'amener sa flotte à Salamine et non à Corinthe. Sur l'Acropole, il ne laisse qu'une faible garnison et renvoie les habitants d'Athènes à Salamine et à Phalère. Athènes est entièrement détruite. Septembre 480 avant JC, une clameur retentit dans le camp des Grecs, ce chant étonne les Perses qui s'attendaient à voir fuir l'ennemi. Ils comprirent très vite que cette clameur, ressemblait à un chant de guerre. Les trières grecques se glissent aisément  entre les navires perses trop rapprochés et gênés dans leurs manœuvres. Xerxès assiste impuissant à l'anéantissement de sa flotte. Il rejoint l'Asie après avoir passé le commandement à Mardonios. 479 avant JC Mardonios tente de négocier avec Athènes qui refuse. De nouveau l'Attique et Athènes sont envahis. Sparte est encore une fois sollicitée. Après de longues réflexions Sparte décide d'aider les Athéniens, car ils craignent que ceux ci s'allient avec la Perse. L'armée spartiate commandée par Pausanias prend position devant Platées, bientôt rejointe par l'armée athénienne. Août 179 avant JC, l'infanterie spartiate inflige de lourdes pertes aux Perses. Ces derniers se réfugient dans Thèbes mais sont vite délogés par les athéniens. Sur mer les Perses, poursuivis par la flotte grecque, débarquent près de Milet au cap Mycale et se retranchent derrière des barricades de fortune. Leutychidès donne le signal de l'attaque, les pertes seront terribles dans les deux camps, mais la victoire revient aux grecs qui maintenant menacent l'empire Perse à ses frontières. Les Spartiates regagnent le Péloponnèse. Athènes décide de libérer l'Ionie. Xanthippos met le siège devant Sestos qui finit par capituler faute de vivres. Les Athéniens tiennent enfin une position clef qui leur permet de contrôler l'Hellespont. ( Cliquez pour visualisez ) Les barbares ne mettront plus les pieds en Europe. Une petite armée, unie par un idéal de liberté avait battu un empire celui de la Perse. Les guerres médiques n'étaient pas pour autant terminées, mais cette victoire allait motiver encore plus les troupes, conscientes que dans le combat elles sauvaient leur civilisation. Les Grecs d'Occident battent les Carthaginois à Himère, la flotte étrusque est écrasée par la flotte grecque à Syracuse. Athènes triomphait et allait devenir le leader de la Grèce, sans oublier toutefois qu'elle devait à Sparte, sa survie. Plus tard Sparte imposera sa volonté, mais vinrent bientôt l'empire de Macédoine et enfin la Pax Romana.


Dernière Modification   05/05/18

© Histoire de France 1996