Piri Reis et la navigation

On trouve, au palais Topkapi à Istanbul, des cartes anciennes qui ont appartenu au capitan turc Piri Réis, qui après avoir été corsaire, commanda la flotte ottomane en 1550. De Piri Réis, on connaissait les deux atlas Bahriyé conservés à la bibliothèque de Berlin, qui donnent des relevés exacts de la mer Rouge et de l’archipel méditerranéen, mais les cartes de Topkapi devaient se révéler beaucoup plus extraordinaires, quand l’ingénieur américain Arlington H.Mallery les examina. Ces cartes , d’après Mallery qui, doit être cru sur parole, donnent les contours très précis de l’Afrique Occidentale et des Amériques du sud et centrale. En notes marginales Piri Réis avait écrit ces explications : Ces cartes ont été dressées selon les données de vingt chartes, des portulans de quatre Portugais qui montrent le Sind, le Hind et la Chine, et d’une carte dessinée par Christophe Colomb. Elles sont aussi justes pour la navigation sur les Sept Mers que les cartes de nos pays (1)
Cependant, à côté de détails étrangement exacts, les documents comportent aussi des aberrations déconcertantes, comme si l’on avait voulu en brouiller la lecture. En effet, pour lire correctement les cartes, il fallait une grille, dont Piri Réis s’était servi mais qu’il avait détruite avant d’être mis à mort par ordre de Soliman II, pour avoir le siège de Gibraltar moyennant une forte somme. Avec l’aide de M.Walters, du bureau d’Hydrographie de l’U.S Navy, M Mallery entreprit le déchiffrement du document et reconstitua la grille, qui permit alors une étonnante découverte : les cartes reproduisaient le relevé exact des côtes de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud et de l’Antarctique ; et non seulement les contours , mais la topographie de l’intérieur des terres : profils de chaînes montagneuses, vallées, plateaux et pics. On ne devait pas en rester là : le document indiquait , en Antarctique, des chaînes de montagnes qui ne furent découvertes qu’en 1952. Et il en donnait l’altitude exacte. Des contrôles rigoureux par la Task force 43 américaine, déléguée pour l’année géophysique internationale, et par l’explorateur Paul-Émile Victor, des sondages sismographiques, réalisés avec les appareils les plus modernes de la science du XXè siècle, confirmaient les données des cartes : plateaux, monts, pics étaient placés aux bons endroits. Plusieurs mystères restaient à élucider.
--- Où Piri Réis, qui n’avait pas quitté la Méditerranée et les côtes d’Afrique, avait-il puisé des renseignements et trouvé les chartes dont il parle ?
--- Pourquoi transmit-il les documents sous forme de message secret ?
--- De quelle époque datent les relevés géographiques et topographiques ?
--- Comment et par qui furent-ils effectués ?
Une étude approfondie a donné des réponses à ces quatre points (2)
--- Piri Réis avait compilé huit chartes grecques très anciennes, transmises depuis l’époque d’Alexandre le Grand, donc vieilles de treize siècles. Résidant en Égypte, il avait probablement eu accès aux archives secrètes des prêtres égyptiens et musulmans.
--- La transmission du secret lui avait été faite sous condition ; ou bien Piri Réis, encore qu’il ne fut pas initié, avait compris que la divulgation serait dangereuse. Peut-être même paya-t-il de sa vie la possession de ces cartes(Gibraltar n’étant qu’un prétexte). Le sultan Soliman II était un prince très érudit, en histoire, et en science, et Soliman, en turc, signifie Salomon. L’initié aurait fait supprimer le profane dangereusement instruit. (3). MM. Mallery, Walters et le P. Daniel Lineham, directeur de l’Observatoire de Weston aux U.S.A et chef des services sismologiques de l’année géophysique, estiment que ces relevés datent de 5000 ans av J.C. Les glaciologues, déterminant qu’ils ont été dressées avant la dernière période glacière, les font remonter à plus de 10000ans. Arlington H.Mallery fait observer que les géographes anciens devaient opérer en avion. Au département Hydrographique de l’U.S Navy on fait remarquer que les anciens passent pour ne pas avoir connu l’aviation, pourtant il s’agit bien là de relevés aériens.
--- L’historien Georges Ketman, qui étudia ce problème avoue que l’on est amené à croire à l’existence de civilisations développées sur terre il y a des milliers d’années ou au moins ces civilisations étaient en contact avec la terre.

(1) Les cartes de Piri Réis de même que les piles de Bagdad constituent une des plus grandes énigmes de la primhistoire. En     l’absence d’expertise officielle que refuse Mallery, on peut contester l’authenticité des documents. En ce concerne les cartes, il faut tenir compte de l’interprétation personnelle de H Mallery et que le contrôle de la Task force ne fut peut-être pas aussi positif qu’on le dit
(2) Sciences et vie, sept. 1960, n° 516
(3) Des pythagoriciens furent tués par des membres de leur société pour avoir trahi un secret de mathématiques

Cette page est extraite des oeuvres de Monsieur Robert Charroux. Tous les textes présents dans cette rubrique sont retranscrits intégralement. Ils ne souffrent aucun résumé et méritent d'être reproduits dans leur intégralité. Ce n'est pas du plagiat, mais une reconnaissance et un hommage envers un auteur courageux, hélas disparu, qui a su braver le scientifiquement correct.  La page source vous indique le moyen d'acquérir ses ouvrages


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996