Tianhuanaco

Entre la première civilisation et la nôtre, il existe des chaînons et, en premier lieu les civilisations  pré-incaïques de la Cordillère des Andes. Les civilisations pré-incaïques ont-elles un rapport avec le mythe ou l'histoire de l'Atlantide ? Certainement. Platon n'est pas le seul partisan des ancêtres supérieurs. Dans son livre Un roman de Tanger. La guerre nouvelle (1), l'archéologue et écrivain René Gau apporte à cette théorie de l'Atlantide et à l'origine extra planétaire des Atlantes une contribution nouvelle fondée sur la découverte, à Our, de plaquettes gravées que détiendraient les Américains. Ces plaquettes provenant des fouilles archéologiques effectuées par Wooley en 1927, si elles sont authentiques, ajoutent à l'étude de la primhistoire des indices qui rejoignent curieusement les hypothèses que j'avançais ainsi que les savants d'avant garde comme Jirov, Agrest, Lucien Barnier, Jacques Bergier, Louis Pauwels, et Jean Nocher. Voici ce que René Gau écrit  Il retraça toute l'histoire merveilleuse de la découverte en Chaldée (Irak) de la célèbre tombe du roi D'Our, par Wooley en 1927 Au printemps, les recherches méthodiques qu'il poursuivait allaient donner un résultat inattendu............ En déblayant, Wooley découvrit un puits qui devait le mener au tombeau du roi. Dans un coffret on trouva des pierres précieuses taillées et des bijoux gravés de signes intraduisibles (2) et 12 feuilles d'or sur lesquelles étaient dessinées des pictographies, et une étoile à sept branches. On apprit par la traduction des textes gravés que les bijoux avaient une très grande valeur archéologique. Ils constituaient des talismans précieux venus des Atlantes. Cette découverte devait servir de base à d'autres recherches archéologiques, car elle confirmait les dires de Platon, avec en plus le nouvelle surprenante de l'existence de frères extra planétaires issus d'autres galaxies. C'est par la"  porte du soleil " que l'on pénètre dans le monde de Tianhuanaco, qui montre toute son antique splendeur à 4000m d'altitude. En 1958 Roger  Delorme journaliste  découvre la ville en ruine. L'origine de Tianhuanaco se perd dans les millénaires. Les Incas, lors de la conquête du Pérou par Fernand Pizarre, prétendaient qu'ils avaient toujours connu Tianhuanaco en ruines. Les Aymaras, le plus ancien peuple des Andes, disent que la cité était celle des premiers hommes de la terre et qu'elle avait été crée par le Dieu Vira Cocha avant même la naissance du soleil et des étoiles. Des écrits pictographiques sur Tianhuanaco disent que dans l'ère des tapirs  géants, des êtres humains très évolués,  palmés, et d'un sang différent du nôtre, venant d'une autre planète, trouvèrent à leur convenance le lac le plus haut de la terre (3) le lac Titi (lac du mystère et du soleil)
(1)  Tip, Hispano, Arabiga, Tanger 1951
(2) René Gau a écrit à propos des signes cryptographiques graves sur les plaques d'or : " La relation semblait toute différente des celle des plaquettes d'Our. Elle paraissait pour ainsi dire, un complément explicatif; elle parlait du précédent coffret et deux plans qui s'y trouvaient étaient expliqués. L'un indiquait le moyen de se rendre en Haute-Egypte à l'hypogée des rois Atlantes et l'autre donnait le plan en étoile des tombeaux groupés des trente derniers chefs atlantes, rois dont le 1er et le 30è étaient placés au centre et très nettement marqués sur l'étoile plate. Le lieu semble avoir été fixé approximativement, car les indications faisaient comprendre qu'il se trouvait entre vingt et trente jours de marche du Nil. Un point précis était néanmoins mentionné se situant à moitié chemin entre Assouan et l'oasis du désert à l'ouest. Les feuilles d'or apportaient aussi la confirmation de la venue sur la  terre en Atlantide, d'êtres humains très avancés techniquement, débarqués des cieux, il y a 15000ans.
(3)  Traduction littérale

Cette page est extraite des oeuvres de Monsieur Robert Charroux. Tous les textes présents dans cette rubrique sont retranscrits intégralement. Ils ne souffrent aucun résumé et méritent d'être reproduits dans leur intégralité. Ce n'est pas du plagiat, mais une reconnaissance et un hommage envers un auteur courageux, hélas disparu, qui a su braver le scientifiquement correct.  La page source vous indique le moyen d'acquérir ses ouvrages


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996