Danemark

 

Superficie : 43 000 km²
Population : 5 000 000 habitants
Capitale : Copenhague (1 400 000 habitants avec la banlieue).
Langue : danois
Régime politique : monarchie constitutionnelle
Unité monétaire : la couronne.

    Aujourd'hui réduit à la presqu'île du Jutland et aux quelques 500 îles séparant la mer du Nord de la Baltique, le Danemark est le plus petit des Etats scandinaves. Pourtant, il joua dans le passé un rôle important en Europe du Nord et fut même à la tête d'un grand empire dont il ne subsiste plus que le Groenland et les îles Féroé.
    Le pays n'est que le prolongement de la grande et basse plaine allemande. Plusieurs fois submergé par la mer, le Danemark fut recouvert à l'ère quaternaire par une immense calotte glaciaire qui laissa une série de collines morainiques de faible altitude. Elles sont orientées selon un axe nord-sud et divisent la presqu'île en deux parties. Au Nord, de faibles ondulations s'élèvent de la plaine sableuse. La côte est basse, exposée aux vents, souvent envahie par la mer. D'étroits cordons littoraux tendent à transformer en lagunes des baies longues et peu profondes, rappelant le paysage des côtes hollandaises. Au Sud, la presqu'île devient étroite et marécageuse.
    La région orientale et les îles sont plus variées. La côte Est présente des anses nombreuses. En avant, séparées par d'étroits bras de mer (Grand Belt, Petit Belt, Øre-Sund) se trouvent les principales îles : Fionie, Sjaelland, Lolland, Falster et Bornholm.
    Il y pleut souvent. Les étés sont frais et lumineux, et les hivers doux, humides et brumeux. Les vents atlantiques apportent les précipitations utiles à l'agriculture. Plus abondantes à l'Ouest, fréquentes à la fin de l'été, elles alimentent toute une série de petits fleuves côtiers.
    Les vastes zones forestières de jadis ont bien diminué et le Danemark est l'un des pays où l'action de l'homme a le plus transformé le paysage.
    Principale région naturelle du Danemark, le Jutland, ou Jylland est une péninsule plate et très fertile. En de nombreux endroits, elle est protégée par la mer des digues.
    Le pays fut en effet occupé, dès les temps les plus reculés, par des populations finnoises de chasseurs et de pêcheurs. Après les invasions germaniques des Cimbres, des Jutes et des Danois, des tribus d'agriculteurs s'installent dans les zones les plus fertiles de l'intérieur. Harald Blaatand, dit "à la Dent bleue", en élevant la grande pierre de Jelling pour commémorer l'introduction du christianisme en 960, ouvre alors une longue période d'expansion.
    Knut le Grand va conquérir l'Angleterre et Vlademar le Victorieux s'aventure jusqu'en Estonie pour fonder Tallinn. L'agriculture se développent et des villes se créent, comme Copenhague. Les cathédrales de Lund et de Roskilde s'élèvent. La régence de la reine Marguerite (1375-1412) voit la Norvège et la Suède rejoindre le Danemark en une Scandinavie unie. En 1536, sous Christian III, le luthéranisme devient religion d'Etat. Christian IV couvre son pays de magnifiques châteaux Renaissance, et un humanisme florissant rivalise avec celui des autres pays d'Europe, grâce surtout à ses savants, comme l'astronome Tycho Brahé.
    Aux siècles suivants, la puissance danoise décroît et perd tour à tour la Norvège en 1814, le Schleswig et le Holstein en 1864 et reconnaît l'indépendance de l'Islande en 1944. Cependant, le merveilleux conteur Andersen et le philosophe Kierkegaard sont les figures marquantes de cette période.
    A la fin du XVIIIe siècle, avec l'affranchissement des paysans et la distribution des terres, l'habitat se disperse. Le rapide développement industriel et un important accroissement démographique provoquent un essor considérable des villes.
    La population est, au Danemark, inégalement répartie. Alors que le Jutland occidental est peu peuplé, la partie orientale est riche en villes et en ports, tel Aarhus, centre industriel. Mais c'est dans l'île de Sjaelland qu'on rencontre la plus forte densité, à cause surtout de la capitale Copenhague qui, avec sa banlieue, rassemble plus du quart de la population totale du pays.
    L'agriculture danoise est l'une des plus modernes du monde. Le large emploi des engrais et des machines agricoles permet des rendements élevés. Grâce aux coopératives, le paysan est guidé par des conseillers techniques dans son travail. Les terres cultivées représentent près de 63% du territoire et les pâturages environ 8%. Les céréales les plus courantes sont l'orge et l'avoine. On élève des bovins, des porcs et de la volaille. La pêche est très active. Elle fournit quantité de harengs, de morues, d'anguilles et de saumons dépassant largement la consommation intérieure.
    Pourtant, les exportation en viande, beurre, fromages et poissons ne représentent guère plus du tiers du total des ventes danoises. En effet, le Danemark, malgré l'absence de minerais, a su créer une industrie florissante, fondée sur la transformation de matériaux importés, et qui occupe presque un million de personnes. Les industries alimentaires et chimiques sont primordiales. Viennent ensuite les fabrications de machines agricoles et de bicyclettes, ainsi que les chantiers navals. Les cimenteries et l'industrie textile (fibres naturelles et synthétiques, bonneterie) se développent. Il faut enfin citer la porcelaine d'art de Copenhague et les fameux cigares danois.
    D'excellents réseaux de routes, de voies ferrées et de ferry-boats, font du Danemark un pays de transit entre l'Allemagne et la Scandinavie, et favorisent ses relations avec le Marché Commun dont il fait partie depuis octobre 1972.