La guerre d'Algérie

La seconde guerre mondiale est terminée depuis 8 mois, l'Algérie est secouée par de violentes manifestations contre l'occupation française. Les manifestants réclament l'indépendance. A Sfax en Tunisie, grève générale déclenchée par les nationalistes. En avril diverses réformes sont accordées par le gouvernement français à la Tunisie, mais Bourguiba réclame l'indépendance de la Tunisie. Août 1947 l'assemblée nationale française vote une loi qui permettra à l'Algérie d'élire son assemblée nationale qui sera chargée d'aider le gouverneur nommé par le gouvernement français. Un comité voit le jour le 9 décembre 1947, il a pour but la libération du Maghreb. On y voit la présence de Bourguiba et d'Abd-el-Krim. La décision de briser le nationalisme algérien va voir le jour avec l'arrivée de Naegelen nouveau gouverneur de l'Algérie, en février 1948. Faisant suite à la loi d'août 1947, l'assemblée algérienne voit le jour en avril 1948. Sur les 120 membres élus, les indépendantistes n'obtiennent que 20 sièges. Mai 1948 sera le départ d'une guerre qui dure encore de nos jours. En effet , la fin du mandat britannique sur la Palestine, voit la création de l'état d'Israël, ratifié de suite par les USA, l'URSS et la France. Les arabes refusent cet état de cause et c'est la guerre , ils prennent Jérusalem ? Le 1er mai 1951 à Paris bagarres provoquées par les travailleurs algériens. 31 octobre, la Tunisie réclame un gouvernement et une assemblée indépendante. Novembre, violentes manifestations à Casablanca. Refus du gouvernement français sur la demande tunisienne du 31, aggravation de la crise. Janvier 1952, la Tunisie dépose une plainte contre la France à l'ONU, arrestation de Bourguiba, envoie de renforts militaires en Tunisie. En février de violentes répressions ont lieu en Tunisie dans la région de Cap Bon. En mars demande de révision du traité de protectorat par le sultan du Maroc. Mai attentats à Tunis, incidents sanglants à Orléansville en Algérie. Août 1954 les attentats reprennent au Maroc. Les négociations sur l'autonomie interne de la Tunisie s'ouvrent en septembre. Novembre 1954 sera le début de la guerre d'Algérie, avec des attentats, attaques et sabotages. La Kabylie et les Aurès sont sous le feu. Janvier 1955, Jacques Soustelle (gaulliste) est nommé gouverneur général de l'Algérie, l'armée et les colons voient cela d'un mauvais oeil. Pour eux Soustelle est synonyme d'abandon. Mai 1955, élection d'Edgar Faure à la place de Mendés France renversé le 23 février par 320 voix contre 272. Celui ci signe avec la Tunisie des accords qui lui donne l'autonomie interne. Août 1955 le FLN attaque des centres européens dans la région de Constantine. Octobre Edgar Faure déclare qu'il veut amener le Maroc au statut d'état souverain. Janvier 1956 Guy Mollet reçoit l'investiture par 421 voix contre 70. Le 2 mars 1956, signature d'une déclaration franco-marocaine proclamant l'indépendance totale du pays. A l'assemblée une forte majorité comprenant même des communistes approuve la politique de Guy Mollet, à savoir le maintient de l'Algérie dans la République. Certains observateurs étrangers tel Bourguiba réagissent à la politique de la France dans le Maghreb, en déclarant que tôt ou tard l'Algérie obtiendra son indépendance. Le 20 mars la Tunisie est indépendante. En Algérie, les troupes françaises 400000 hommes sont opposées à 30000 fellagas. Octobre 1956 lors d'un voyage qu'il effectue auprès de Bourguiba, Ben Bella est arrêté. Novembre, le général Salan est nommé commandant en chef en Algérie. Janvier 1957 le FLN redouble d'activité, le général Massu va entreprendre la bataille d'Alger qui aboutira à l'anéantissement du terrorisme. Avril 1957, révélations de nombreux cas de torture au cours de la bataille d'Alger, orchestrée par le général Massu, certains officiers connaissent de sérieux cas de conscience. Juin attentat à Alger perpétré par le FLN il fait de nombreuses victimes. Décembre, l'URSS livre des armes au FLN !!!! Le 8 février 1958 sur ordre du général Challe et Jouhaud l'aviation française détruit le village de Sakiet base du FLN. Avril 1958, Bidault est chargé de former le gouvernement. Il explique que les négociations avec l'Algérie ne seraient possibles qu'avec un gouvernement de front populaire, mais personne n'en veut. Il ajoute qu'un tel gouvernement provoquerait des rebondissements en France comme en Algérie. En effet les pieds-noirs soutiennent les activistes Delbecque, Ortiz, Lagaillarde qui deviennent de plus en plus virulents. L'armée souffre du manque de pouvoir. On commence à parler du rappel du général de Gaulle. Mais il reste muet. Mai 1958 rené Coty prend discrètement contact avec le général de Gaulle. La nervosité grandit en Algérie comme à Paris. L'écho d'Alger réclame de Gaulle, à Paris  Debré, Frey, Guichard, Foccard exigent la création d'un comité de salut public à Alger. Le 13 mai renversement du gouvernement d'Alger. Salan prend en main la destinée de l'Algérie. Le 15 mai à Alger la foule crie "vive de Gaulle". Le soir même le général de Gaulle annonce qu'il ne refusera pas de prendre la direction du pays si on le lui demande. Le 2 juin 1958, avec 400 voix contre 223 l'assemblée accorde les pleins pouvoirs au général de Gaulle. Le 7 juin, le général se rend en Algérie et là il prononce cette fameuse phrase"je vous ai compris". Le 28 septembre, le peuple accepte la nouvelle constitution par référendum avec 80% de oui. La IVè République n'est plus. Fin décembre de Gaulle est élu président de la République. Septembre 1959 le général propose l'autodétermination à l'Algérie. Janvier 1960, Massu est relevé de son commandement. Novembre 1960, le général prononce les mots "République algérienne" et annonce un référendum. Février 1961 création de l'OAS par Lagaillarde réfugié en Espagne. Le 11 avril de Gaulle annonce qu'il envisage de donner l'indépendance à l'Algérie. Fin avril putsch d'Alger fomenté par le quarteron de généraux, Challe, Jouhaud, Zeller et Salan, l'armée refuse de leur obéir. Le 20 mai Ben Bella et ses codétenus sont transférés au château de Turquant dans le Maine et Loire. 19 mars 1962 les accords d'Evian sont signés avec le FLN sur le cessez le feu. La France accorde l'indépendance à l'Algérie sans contre partie. Le 1er juillet 1962, le référendum donne 99% de oui en faveur des accords d'Evian. L'indépendance de l'Algérie est proclamée
 


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996