Page 01 

Les 13 et 14 juillet 1940, le maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs. Le président Lebrun est renvoyé chez lui. La troisième république a cessé d'exister. En premier lieu il faut remettre la France au travail. Le blocus des côtes françaises est décidé par les Anglais. La Luftwaffe déclenchera en août, la bataille d'Angleterre, elle durera jusqu'au mois octobre. Formation du comité de la France libre. En France dissolution de la Franc Maçonnerie et de toutes les sociétés secrètes. Fin août le gouvernement de Vichy qui n'a pas perdu de temps, a crée une haute cour de justice, emprisonné tous les ministres et hommes politiques jugés responsables de la défaite, institue des cours martiales qui peuvent à tout moment juger les réfractaires au régime. Septembre on voit apparaître les premiers mouvements de résistance à Lyon, avec Henri Freynay, Emmanuel d'Astier de Lavigerie, le professeur Cavaillès. Un certain nombre de communistes qui n'avaient pas réussi à obtenir des Allemands l'autorisation de rééditer l'humanité, publient une humanité clandestine qui attaque Pétain, les démocraties impérialistes et engage les ouvriers français à fraterniser avec les Allemands. Le Tchad, le Cameroun et l'Afrique équatoriale française se rallient au général de Gaulle, qu'un conseil de guerre a condamné à mort par contumace. Le 5 septembre le général Weygand est envoyé en Afrique du Nord au titre de délégué général du gouvernement. Octobre, loi contre les juifs de France, il leur est interdit d'exercer une fonction publique, d'enseigner, de participer à un journal. Partisan d'une alliance avec l'Allemagne en vue d'attaquer l'Angleterre, Laval pousse Pétain à rencontrer Hitler. Pétain est averti par l'ambassadeur japonais des intentions d'Hitler sur l'Espagne et le Maroc. Averti par Pétain, Franco, lors de l'entrevue d'Hendaye avec Hitler, met les conditions trop hautes au sujet du passage des troupes allemandes sur le sol espagnol, Hitler refuse. Le 24 octobre, l'entrevue de Montoire entre Hitler et Pétain se termine par un échec. L'Italie après avoir attaqué l'Égypte, attaque la Grèce. Pétain dans une allocution radiodiffusée explique ce qu'il entend par politique de collaboration. Fin octobre fin de la bataille d'Angleterre, le débarquement des troupes allemandes sur les côtes anglaises n'aura pas lieu, c'est un échec total pour l'Allemagne, malgré les pertes énormes les Anglais sortent vainqueurs la RAF perd trois cent quatre vingt pilotes. Et il y a quinze mille tués parmi la population civile la Luftwaffe perd deux mille quatre cents avions. Novembre réélection de Roosevelt. En Alsace et en lorraine on expulse soixante cinq mille Lorrains et onze mille Alsaciens. Offensive grecque qui rejette les Italiens hors du pays. Pendant que Pétain négocie avec Churchill pour obtenir un assouplissement du blocus, Laval, lui, continue à faire des concessions aux Allemands, en leur cédant la majorité des actions des mines de Bor, puis il récidive en acceptant que l'or belge évacué en France soit rendu aux Allemands de Belgique. Et pendant qu'Hitler décrète officiellement le rattachement de l'Alsace et la Lorraine au Reich, Laval encore lui, engage des conversations avec les Allemands en vue d'une action contre les colonies d'Afrique du Nord dissidentes.



Dernière Modification   21/12/16

© Histoire de France 1996