Louis Philippe 1er le roi Bourgeois

 

Charles X abdique le 31 juillet 1830, après avoir confirmé la nomination par le Parlement du duc d’Orléans comme lieutenant-général du royaume. Le 7 août 1830 Louis-Philippe propose à Charles de lui confier Henri V qui sera ramené à Paris. Refus de la duchesse de Berry. Le 9 août, 219 députés votent la nouvelle charte qui crée la monarchie constitutionnelle et fait de Louis-Philippe le roi des Français. Louis-Philippe a 57 ans lorsqu’il devient roi des Français. Il a, devant ceux qui viennent de renverser Charles X, une certaine popularité : c’est le fils de Philippe Égalité. Il s’est battu à Valmy et à Jemmapes, avant d’être obligé d’émigrer, mais sans jamais participer à la lutte contre la France. Rentré en France après la chute de l’empire, il retrouve sa fortune qu’il gère fort habilement, lais il vit politiquement à l’écart sous la Restauration. Il a de la simplicité et de la bonhomie. On le voit se promener à pied, il cause avec les gens, il envoie ses fils au collège Henri IV, bref il vit bourgeoisement. Il en sera de même lorsqu’il sera sur le trône : ce n’est pas le roi des fastes et des fêtes. On l’a souvent dit, la bourgeoisie se reconnaît en lui, d’autant plus qu’il a des vertus privées : il est attaché à sa femme et à ses enfants, ainsi qu’à sa sœur, Mme Adélaïde. Pourtant il est imbu de sa naissance, il est très conservateur et très autoritaire. Il a beau être un roi constitutionnel, le " roi citoyen ", il veut réellement gouverner même s’il ne l’avoue pas tout de suite. Intelligent, habile, sceptique, dissimulé, il aurait peut-être pu conserver son trône s’il avait eu un peu plus d’imagination et s’il ne s’était pas obstiné à ne pas voir ce qui se passait autour de lui. Mais si son esprit était " distingué ", il était également " resserré et gêné par le peu de hauteur et d’étendue de son âme ". En vieillissant, il s’était figé dans une position intenable et le contrôle des événements ne pouvait que lui échapper. L’insurrection de 1830 avait été menée par les républicains, mais leur victoire va leur être confisquée. En effet, pour les prendre de vitesse, un certain nombre de députés dont Laffitte et Thiers, font appel au duc d’Orléans. Le 30 juillet, ils publient un manifeste en sa faveur, où ils rejettent l’idée de République, qui " nous exposerait à d’affreuses divisions " et " nous brouillerait avec l’Europe " mais présentent le duc comme un prince " dévoué à la cause de la Révolution " et prêt à recevoir la couronne du peuple français. Pour vaincre les réticences populaires, le duc qui est bien décidé à régner, apparaît aux côtés de Lafayette au balcon de l’hôtel de Ville, un drapeau tricolore à la main. Cette mise en scène permet la réussite de l’opération orléaniste. L’opposition légitimiste est peu dangereuse car peu nombreuse et peu populaire, sauf en Vendée. C’est en Vendée pourtant où pratiquement personne ne la suit, que la duchesse de Berry combat pour son fils Henri V, comte de Chambord, et échoue en 1832. Le 3 novembre formation du ministère Laffitte. Le 13 mars 1831 démission du ministère Laffitte, remplacé par Casimir Périer, chef de la " Résistance " (conservateur). En Août intervention française en Belgique envahie par la Hollande. le traité des Vingt-quatre Articles fixe les frontières belges (15 octobre). En 1832 troubles légitimistes : le complot de la rues des Prouvaires pour établir le duc de Bordeaux sur le trône échoue (3 mars). la duchesse de Berry tente sans grand succès de soulever la Vendée. Elle est arrêtée à Nantes après s’y être longuement cachée. (6 décembre). De Mars à Avril très grave épidémie de choléra à Paris (plus de 10 000 morts dont Casimir Périer). Les 5 et 6 Juin échec d’un soulèvement républicain commencé à l’occasion des funérailles du général Lamarque. Le 23 décembre les Français entrent dans Anvers occupée par les Hollandais. Le 26 février 1834 en Algérie, le traité Desmichels reconnaît sur la province d’Oran, la souveraineté d’Abd El Kader, qui remporte l’année suivante, la bataille de Macta. Le 28 juillet 1835 l’attentat manqué de Freschi contre Louis-Philippe cause la mort de 18 personnes et provoque la création d’une série de lois répressives par Adolphe Thiers, ministre de l’intérieur (septembre). Le 24 août 1837 inauguration du chemin de fer Paris Orléans. Les 12 et 13 mai 1839 à Paris, échec des journées révolutionnaires par la Société des Saisons, fondées par Barbès et Blanqui l’année précédente. Ceux-ci sont condamnés à mort puis graciés. Début du ministère Soult, celui de Molé ayant été renversé le 2 mars, à la suite des élections législatives qui ont donné la majorité à l’opposition. En 1840 Proudhon : Qu’est-ce que la Propriété ? ; Louis Blanc : De l’organisation du travail. Difficultés gouvernementales. le ministère Thiers, formé le 1er mars, est contraint à la démission le 20 octobre. Il est remplacé par le ministère Soult, comprenant François Guizot aux Affaires étrangères le 29 octobre. Le 6 octobre le prince Louis Napoléon Bonaparte échoue dans sa seconde tentative de coup d’état et est enfermé au Fort Ham. Le 15 décembre les cendres de Napoléon sont transférées aux Invalides. En Mars 1841 l’assemblée adopte une loi limitant le travail des enfants à 12 heures par jour dans les manufactures. Le 8 mai 1842 déraillement de la ligne Paris - Versailles à la hauteur de Meudon, qui fit 45 morts. Le 11 juin adoption d’une loi visant à l’organisation des chemins de fer, dont le financement sera assuré conjointement par l’état, les communes et les concessionnaires. Un plan rayonnant de sept lignes autour de Paris est adopté. Le 13 juillet mort accidentelle du duc d’Orléans, fils aîné du roi. Le 16 mai 1843 en Algérie, prise de la smala d’Abd El Kader par les troupes du duc d’Aumale. L’émir parvient à s’enfuir. Bugeaud, gouverneur de l’Algérie, est fait maréchal de France le 31 juillet. En Août voyage de la Reine Victoria en France : première entente cordiale. En Août 1844 Guerre franco-marocaine pour contraindre les Marocains à ne plus soutenir Abd El Kader : bombardement de Tanger le 6 août. Le 10 septembre le traité de Tanger donne satisfaction à la France. La frontière entre l’Algérie et le Maroc sera fixée l’année suivante. Le 13 avril 1845 Victor Hugo, membre de l’académie française depuis 1841, est nommé pair de France par le roi. Le 20 septembre constitution définitive de la Compagnie de Chemin de Fer du Nord. Le 25 mai 1846 le prince Louis Napoléon Bonaparte s’évade du Fort de Ham. En 1847 découverte du gisement houiller du Pas-de-Calais. Hausse des prix, difficultés sociales, économiques et financières. En Juillet Début de la campagne des banquets organisés par les libéraux et les républicains, en riposte à l’interdiction des réunions politiques prononcée par le gouvernement. L’opposition milite pour une réforme du système électoral. Le 23 décembre la Reddition d’Abd El Kader au général Lamoricière est le prélude à la pacification de l’Algérie. Le 14 février 1848 Guizot, président du Conseil depuis le 26 novembre précédent, interdit la réunion d’un banquet prévu pour le 22, ce qui entraîne ce jour une série de manifestations. Le 23 février la Garde Nationale refusant de réprimer l’émeute, le roi renvoie Guizot mais, devant le développement de l’agitation populaire dû à la fusillade du boulevard des Capucins, Louis-Philippe cède et abdique en faveur de son petit-fils, le comte de Paris (le 24). La Chambre refuse de reconnaître la légitimité du prétendant. Lamartine et Ledru-Rollin proclament la République et forment un gouvernement provisoire. Le 24 février c’est la Révolution, Paris est en état d’insurrection, le roi abdique et part pour l’Angleterre. Le 25 février La France est en République.


Dernière Modification   21/12/16

© Histoire de France 1996