La seconde République

 

1848, septembre, ont lieu les élections partielles. Le prince Louis Napoléon est élu dans cinq départements. Il choisit de représenter l'Yonne. La création d'un nouveau journal voit le jour grâce à Montalembert, Falloux et l'abbé Dupanloup. Dans l'assemblée, se trouve un député nommé Thouret qui propose un amendement excluant de la future république les membres des familles régnantes autrefois. Il visait sans aucun doute Louis Napoléon. Ce dernier fut sommé de monter à la tribune pour expliquer ses intentions. Son discours fit rire toute l'assemblée. Suite à ceci Thouret dira " Après ce que je viens de voir et d'entendre, je considère que mon amendement est inutile et je le retire. " . De ce fait les députés votent l'abrogation de la loi d'exil des Bonaparte. Le 4 novembre naît la seconde république. L'assemblée aura sept cent cinquante députés élus pour trois ans. Le 21 novembre, la constitution est lue au peuple. L'élection présidentielle est fixée au 10 décembre. Cinq candidats se présenteront  aux présidentielles : Cavaignac républicain modéré, Lamartine, Ledru-Rollin républicain démocrate, Raspail présenté par les socialistes révolutionnaires et  enfin Louis Napoléon candidat du parti de l'ordre. A l'assemblée le 20 décembre, lecture du scrutin des élections : Louis Napoléon obtient 74% des suffrages, Cavaignac 20%, Ledru-Rollin 5%, Raspail et Lamartine moins de 1%. Le lendemain Louis Napoléon se fait aider par Thiers pour constituer son ministère. Odilon Barrot est nommé président du conseil, Falloux à l'instruction, Malville ministre de l'intérieur, Passy aux finances. Maleville refuse de communiquer à Louis Napoléon, les pièces concernant les complots fomentés sous le règne de Louis-Philippe. mécontent Napoléon fait parvenir un courrier à Maleville. Suite à ceci les ministres donnent leur démission. Napoléon la refuse. En janvier, nomination d'une commission chargée d'un projet sur l'enseignement. En mai élection de la nouvelle assemblée. Quatre cent cinquante députés de l'ordre obtiennent 53% des suffrages, deux cents démocrates sont élus. La minorité de l'assemblée va entrer en conflit avec Louis Napoléon et son ministère. En effet le pape ayant été chassé de Rome par la république, le président décide d'envoyer Oudinot avec quatorze mille hommes pour attaquer la république romaine. Le président et son ministère sont accusés de non respect de la constitution, l'article 5 a été violé. L'accusation est repoussée par l'assemblée.. Le 18 juin 1849 loi Falloux : l'université ne sera plus seule à enseigner, un particulier pourra ouvrir une école dite  privée. Le 30 juin prise de Rome et restauration de pie IX. En octobre, rien ne va plus entre le président et ses ministres. Présentation  à l'assemblée, par Louis Napoléon, du nouveau ministère préparé en secret par lui et Morny. Pendant le repos de l'assemblée, le président visite la France. L'année 1851 sera catastrophique pour l'agriculture. Depuis 1848, dans toute l'Europe les prix ne font qu'augmenter. Aggravation du conflit entre l'assemblée et le président, on pense au coup d'état. Destitution de Changarnier. Il a prononcé sous les applaudissements de l'assemblée, suite au blâme de Jérôme Bonaparte, " Ces instructions datent de 1848, et aucune ne remet en question le droit de l'assemblée de requérir les troupes ". Le lendemain au petit lever, il est arrêté. Thiers dira " L'empire est fait ". Le 20 janvier rupture officielle. Démission des ministres, nomination du "petit ministère" par Louis Napoléon. Il a gagné. Avril renvoi du petit ministère, retour des anciens ministres démissionnaires. Le mois suivant le duc de Broglie demande la mise application de la révision de la constitution. Juillet la révision est rejetée. Ayant eu vent de complots, le président est décidé à agir rapidement pour se maintenir au pouvoir. En novembre, dans un journal on peut lire " Les évènements se pressent, l'assemblée déclare ouvertement son hostilité au gouvernement ". Le 6 décembre les soldats sont dans la rue, trente-deux départements sont en état de siège. Le 21 Louis Napoléon est plébiscité par 7400000 oui contre 646000 non. Le 1er janvier 1852 Louis Napoléon s'installe aux Tuileries. Bannissement de soixante-dix députés dont Victor Hugo. Dissolution de la garde. Promulgation de la constitution. Le président est élu pour dix ans, il détient le pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif est laissé aux députés élus pour six ans au suffrage universel. C'est la fin du régime parlementaire. Fin janvier 26000 arrestations, déportations à Cayenne et en Algérie, passage devant le conseil de guerre, renvois devant la correctionnelle, emprisonnements, expulsions. Le 29 février 1852 élections législatives. Vote d'un décret interdisant toute association ou réunion publique. Le 15 août célébration de la fête de Napoléon 1er. Au soir du 1er décembre 1852, les corps constitués se rendent en cortège à Saint-Cloud pour y saluer le nouvel empereur. Le 2 décembre l'empereur fait son entrée à Paris.


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996