La fin de l'ancien régime
Page 1

Au cours de l'année 1785, il y eut l'affaire du collier, et  la première réunion de l'assemblée du clergé, la révolution fait entendre sa voix. Calonne déclare qu'il exigerait " un état de tous les biens " ainsi que le gouvernement le réclamait depuis 1725 Mais, au dernier moment, il annonce qu'il se contentera d'un don gratuit de 20 millions. L'assemblée lui en accorde 18, mais exige, en échange, que le gouvernement ne demande pas cet état des biens avant un an. L'opinion publique en voudra beaucoup à Calonne d'Avoir cédé aussi facilement devant le clergé. Il aurait fallu oser faire de profondes réformes. Ceci fut préjudiciable pour Calonne sa popularité baissa fortement, Necker lui fait paraître un ouvrage, ( L'administration des finances ) qui est l'éloge de sa propre politique et une accusation très sévère de celle de Calonne. La générosité de Calonne pour les dépenses royales et des courtisans ( 32 millions par an ) le rend très impopulaire. Le 27 mars 1785 voit la naissance du duc de Normandie, le futur Louis XVII. Marie-Antoinette, le 24 mai 1785 fait son entrée à Paris. La reine y est froidement accueillie. Elle s'aperçoit de l'hostilité des Français mais se pose la question " Que leur ai-je fait ? " . L'affaire du collier est révélé à la reine le 12 juillet 1785 par un billet qui lui remet Bohmer. Frédéric II forme  une confédération, le Fürstenbund qui devient la plus grande puissance militaire d'Europe. Le roi, la reine, le garde des sceaux et le ministre de la maison du roi se réunissent le 15 août 1785 dans le cabinet royal. Louis XVI somme le cardinal de Rohan d'écrire un rapport immédiatement sur l'affaire du collier. Un quart d'heure plus tard le texte qu'il remet au roi, ne fait jour qu'à un seul fait " Une femme nommée Valois m'avait persuadé que c'était pour la reine qu'il fallait faire l'acquisition du collier et cette femme m'a trompé " Revêtu de son habit pontifical, le cardinal de Rohan sort du cabinet royal, toute la cour est massée dans les salons. C'est alors que tout le monde sursaute à la voix de Breteuil " Arrêtez Monsieur le Cardinal " L'effroi et la stupeur se lisent sur tous les visages, sauf sur celui du cardinal. Le scandale est considérable, les deux frères de la reine doutent de la culpabilité du cardinal, et n'osent poser la question à savoir " Est-ce que la reine est totalement étrangère à l'affaire ? " Paris n' a pas autant d'hésitations. Mme de La Motte est arrêtée le 19 août 1785 et elle nie sa participation à l'affaire. Il ne faisait aucun doute, pour les ennemis de la reine, qu'elle avait peu ou prou participé à l'affaire. Pour les plus indulgents la scène du bosquet où la reine aurait eut une entrevue avec le cardinal n'était qu'une manigance perpétrait par la reine, Breteuil et même Jeanne de la Motte, pour berner le cardinal de Rohan. Madame de la Motte reprenant l'intrigue à son propre compte Aveuglée par la vengeance, le reine estime le cardinal coupable, sinon d'avoir volé le collier, du moins d'avoir osé croire à son amour, et elle pousse le roi à renvoyer l'affaire devant le parlement ceci se passe le 22 mai 1786.


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996