Le Génocide Vendéen




Le 10 mars 1793, suite à la volonté de lever une armée de trois cent mille hommes, des manifestations éclatent en Maine et Loire. C'est le début des guerres de Vendée. Les Vendéens organisés en armée prennent Cholet et Chalonnes. Le 18 avril l'armée de Vendée est maître de toute la côte., Ils prennent Machecoul, les républicains sont massacrés. Dans les Mauges, l'armée sous les ordres de Cathelineau et de Stofflet remporte la victoire de Bois-Grolleau contre le général Berruyer. L'ouest est entre les mains des Vendéens. Le 25 mai ils s'emparent de Fontenay. Le 27 mai les chefs vendéens se réunissent et mettent au point un plan d'action. La république envoie le général Biron pour combattre les insurgés. Il passe par Saumur et s'établit à Niort.. Le jour même les Vendéens prennent Saumur. Cathelineau est désigné généralissime de l'armée de Vendée. Cathelineau voudrait marcher sur Tours et Paris, mais se dirige finalement sur Angers et Nantes, il prend  Vihiers, Doué-la-Fontaine, Martigné-Briand, les Ponts de Cé. Le 23 juin il entre à Angers et continue sur Nantes. Le 29 juin l'armée de Vendée fait le siège de Nantes. Après la défaite de Nantes, sur le chemin du retour, Bonchamps aidé de Lescure et de Marigny  battent  Westermann à Châtillon sur sèvres (Mauléon maintenant) après trois jours de combats. Rossignol remplace Biron à la tête des armées de la république.  Cathelineau meurt à Saint-Florent le Vieil le 14 juillet 1793, après avoir été blessé le 29 juin 1793 lors de la bataille de Nantes, d'Elbée le remplace à la tête des armées de Vendée.. Les républicains entrent à Saumur, Angers, Ancenis. Le 18 septembre ils sont battus à Coron et à Pont-barré. Une terrible bataille a lieu dans les gorges de Tiffauges, Charette, Bonchamps et Lescure qui se sont rejoints battent Kléber et Marceau. Le 9 octobre quatre colonnes républicaines entrent dans le bocage vendéen. L'une s'empare de Châtillon sur sèvre, la seconde s'empare de Bressuire, la troisième se dirige sur Clisson et Tiffauges, la quatrième sur Mortagne. Le 15 octobre les quatre colonnes réunies attaquent l'armée vendéenne à Cholet, c'est un désastre pour les Vendéens. Avec l'espoir d'obtenir de l'aide de l'Angleterre les Vendéens essayent d'occuper un port. Le général en chef La Rochejacquelein pénètre dans Laval, il est aidé par les chouans commandés par Cadoudal et ceux du Maine commandés par Cottereau. L'armée républicaine est battue à Entrammes prés de Laval le combat fait dix mille morts. Le 4 novembre les Vendéens s'emparent de Fougères, le 8 de Dol et de Pontorson et marchent sur Granville où ils essuient un échec le 14 novembre. Ils amorcent leur retraite et parviennent encore à battre les armées de Rossignol à Autrain près de Dol. Ils arrivent à Laval en Piteux état. Le 4 décembre elle tente encore sans succès de s'emparer d'Angers. Le 8 décembre à Nantes pour libérer les prisons Carrier ordonne d'entasser tous les prisonniers sur des pontons et de les noyer dans la Loire, ce début de génocide durera jusqu'au19 janvier et fera cinq mille victimes. Le 10 décembre les Vendéens se replient sur Le Mans, le gros de l'armée Vendéenne se dirige sur la Bretagne. Le 23 décembre1793, après avoir tenté de repasser la Loire à Ancenis, le gros de l'armée vendéenne se dirige vers la Bretagne. Stofflet, La Rochejacquelein et quelques fidèles traversent le fleuve et entrent dans les Mauges, ils continueront le combat pendant 2 ans. La Rochejacquelein décède le 28 janvier 1794 lors d'un douteux engagement à Chemillé en Anjou, soit un mois plus tard. Le gros de l'armée est rejoint par Kléber et Marceau à Savenay, acculés à la Loire ils sont massacrés. Quinze mille hommes vont périr, quatre mille s'échapperont. Tous les prisonniers seront fusillés et dépouillés de leurs vêtements sur ordre de Westermann. Marceau écœuré part sur la frontière" Là au moins on se bat contre l'ennemi " dira-t-il. Le 2 janvier 1794 une colonne républicaine arrive à Noirmoutier, d'Elbée qui y a été envoyé pour s'y faire soigner pour blessure, est arrêté et fusillé. Le 12 janvier à Angers début des exécutions des prisonniers vendéens, en trois mois les commissions militaires d'Angers de Laval et de Saumur exécuteront quinze mille hommes et femmes. Le 21 janvier  la convention donne au général Turreau l'ordre de détruire tout ce qu'il trouve sur son passage en Anjou et en Vendée

 carrier.jpg (9326 octets)lequinio.jpg (7371 octets)turreau.jpg (8194 octets)
[Carrier ] [ Léquinio ] [ Turreau ]
Carrier : Jean-Baptiste auteur des noyades de Nantes " Qu'on ne vienne donc pas nous parler d'humanité " disait-il
Léquinio : Joseph-Marie député de la Convention il voulait purifier la Vendée avec le feu " patriotique "
Turreau : Avec Carrier il fut le plus sanguinaire des auteurs du génocide vendéen

Pour en savoir plus sur la Vendée cliquez


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996