Le second procès



Le 12 décembre, Le roi reçut la visite de quatre commissaires dont faisait parti Cambacérès afin de lui remettre le décret lui accordant des conseils. Le roi pensait orienter sa défense autour de la thèse de l'inviolabilité aussi choisit-il deux spécialistes du droit public ayant travaillé à l'élaboration de la constitution de 1791, les deux avocats Jean-Baptiste Target et François Tronchet. Tronchet accepta par devoir, mais Target qui avait plaidé contre la reine dans l'affaire du collier, fit preuve d'inélégance en prétextant une mauvaise santé. Un grand nombre de personnes demandèrent à le remplacer. Parmi eux : Mounier, Lally-Tollendal ainsi que Malouet. Les deux derniers s'étaient réfugiés à Londres. Le roi Lamoignon de Malesherbes, âgé de 72 ans. Afin de les décourager et de les humilier, les municipaux devaient fouiller les avocats "jusqu'aux endroits les plus intimes". La convention les en dispensèrent. Le 17 décembre le roi écrit à Malesherbes : "Je ne me fais pas d'illusions sur mon sort, les ingrats qui m'ont détrôné ne s'arrêteront pas là, ils auraient trop à rougir de voir sans cesse leur victime sous leurs yeux. Je subirai le sort de Charles 1er et mon sang coulera pour me punir de n'en avoir jamais versé. Les 17 et 20 décembre, au Temple on lui présenta les pièces de l'accusation. La lecture des registres contenant toutes sortes de dénonciations calomnieuses de la part d'anciens serviteurs l'affecta profondément. La montagne ne cesse de réclamer la fin du procès. Le 15 décembre, la convention fixe au mercredi 26, la dernière comparution du roi pour d'ultimes plaidoiries. Trochet et Malesherbes poussent de hauts cris. Ils ne sont pas prêts. Il y avait plus de quarante chefs d'accusation, 508 pièces dont la plupart n'étaient pas classées. L'assemblée accepta qu'ils aient un collaborateur, Raymond dit Romain de Sèze (ou Desèze). Il était issu d'une famille de robe, ancien avocat à Bordeaux puis à Paris, attaché aux députés girondins et bon connaisseur des affaires judiciaires, il était âgé de 44 ans. Le 25 décembre Louis rédige son testament.


Dernière Modification   26/04/19

© Histoire de France 1996