Pourquoi cette bataille (page 1)

 

A l'aube du 19 è siècle, la France très puissante, inquiète les autres grandes nations européennes. Les territoires conquis par les armées de la République sont contestés par les autres nations. L'empereur Napoléon se trouve seul face à cette coalition. De son côté, l'Angleterre qui désire garder le contrôle des ports de la mer du Nord voit d'un très mauvais œil l'annexion de la Belgique et l'occupation de la Hollande. L'Autriche à qui on a pris la Belgique, la Lombardie ainsi que les principautés de la rive gauche du Rhin, est très affaiblie au sein de l'empire germanique. Les manœuvres de la France en Méditerranée inquiètent l'Angleterre et le tsar Alexandre 1er qui a des vues sur la Turquie, la Grèce et la Dalmatie. Les plus grandes puissances européennes ont donc des raisons de s'allier contre la France. Aux yeux des autres nations européennes, Napoléon apparait comme un grand chef d'armée, donc menaçant. Pour Napoléon son devoir est d'assurer la continuité de la nation pour faire barrage à une éventuelle restauration des royalistes. Le 11-4-1805, l'Angleterre et la Russie signent un pacte d'alliance et mettent en place un stratagème pour museler la France qui, selon eux, doit retrouver ses frontières  donc abandonner ses conquêtes. En fait le but est tout différent, il ne s'agit pas de revenir aux frontières de 1789, mais bien de redessiner la carte de l'Europe à l'avantage des coalisés. L'Autriche se renforcerait sur le  Pô, la Prusse sur le Rhin et la Russie sur la Vistule. Quant à l'Angleterre son seul but est de voir la puissance napoléonienne anéantie car elle lui fait du tort et l'empêche de se développer. L'Autriche se fait prier mais cède aux promesses qui lui sont faites de la rétablir dans sa grandeur surtout avec l'or anglais qui pourvoira à l'entretien de l'armée des Habsbourg. La position de la Prusse est ambiguë, car la guerre a été déclarée sans elle. Les armées rassemblées par le ministre anglais Pitt est importante. Napoléon n'est pas sans ressources devant cette imposante troupe. Il peut compter sur ses alliés comme l'Allemagne du sud pressée par les Habsbourg, sur l'Espagne qui craint les corsaires britanniques qui attaquent ses galions sur la route de l'Amérique du sud. Cependant ces renforts ne peuvent contrebalancer la puissance de l'armée de Pitt. La France est en position défavorable, elle rappelle cruellement l'opposition entre l'ancien Régime et les révolutionnaires. Aucune réconciliation ne pouvant avoir lieu entre les gouvernements, la guerre est inévitable



Dernière Modification   27/04/19

© Histoire de France 1996