Le mandat de Sadi Carnot

 

C’est le 3 décembre 1887 que Sadi Carnot est élu président de la république. La cour de justice obtient le droit de poursuivre Wilson. A la chambre, tentative d’assassinat contre Jules Ferry. En Janvier 1888 vont naître les fameux emprunts russes. En effet l’Allemagne a refusé son aide financière à la Russie. Ce premier emprunt s’élèvera à cent trente millions de roubles or. Malgré cela, les rapports politiques entre la Russie et la France n’en sont pas meilleurs. Alexandre III déclarait " Les Français sont le peuple le plus infect du monde ; on ne s’allie pas avec une pourriture….. ". Par contre en France on penchait plutôt pour une alliance avec la Russie. Cette alliance ne se fera qu’à partir de 1890, lorsque Bismarck quittera la scène politique. Mise à la retraite du général Boulanger, ceci va lui permettre de se consacrer entièrement à la politique. Puis en juin survient l’affaire du canal de Panama. Il manque pour terminer ce canal, cinq cents millions. Le parlement donne l’autorisation à la société de recourir à l’emprunt. Ferdinand de Lesseps n’obtient pas la somme désirée. C’est le dépôt de bilan. De nombreuses familles sont ruinées. La dissolution de la compagnie est prononcée par le tribunal . Le 19 août le général Boulanger se présente aux élections partielles, puis il décide de se présenter à l’élection de la ville de Paris, élection qui aura lieu le 27 janvier 1889. Boulanger est élu à Paris avec une large majorité, mais ses partisans seront vite déçu lorsqu’ils apprendront que le général a décidé d’agir selon la légalité, ce qui veut dire qu’il est pour le moment, beaucoup plus préoccupé par la vicomtesse Marguerite de Bonnemain, que de revendiquer la présidence. Février, démission du ministère. Carnot fait appel à Pierre Tirard. Un mois plus tard Tirard est remplacé par Freycinet. En avril un bruit se répand sur l’arrestation de Boulanger. Ce dernier craignant d’être incarcéré et séparé de sa maîtresse, s’enfuie en Belgique, avec Marguerite de Bonnemain. Avec l’inauguration de l’exposition universelle du 6 mai on commémore le centenaire de la révolution française, et surtout on peut admirer la Tour Eiffel. Les élections de septembre portent à l’assemblée trente-huit boulangistes, cent soixante douze conservateurs, trois cent soixante six républicains. En Allemagne un désaccord éclate entre le jeune empereur Guillaume II et Bismarck. Ce dernier donne sa démission. Le jeune empereur annonce au tsar qu’il ne désire plus renouveler l’alliance avec la Russie. Cette dernière va se tourner vers la France. En juillet une loi permettra la création du ministère du travail. Le 13 mai 1891 manifestations dans le Nord, les ouvriers réclament la journée de huit heures. On dénombrera cinq tués et soixante cinq blessés. Proposition d’alliance avec la Russie le 18 juillet 1891. Cet accord sera conclu le 27 août de la même année. Le 30 septembre 1891, le général Boulanger se suicide sur la tombe de Marguerite de Bonnemain. En janvier 1892, le ministre de l’agriculture Jules Méline fait voter une loi qui établit le retour au protectionnisme. Les ouvriers voient en cette loi une limitation des importations, donc une lutte contre le chômage et la protection du marché français. Les ministères se succèdent, Freycinet démissionne et Loubet est chargé de former un nouveau gouvernement. En mars des bombes explosent à Paris, des immeubles de la magistrature et des casernes sont visées. La police arrête un certain Ravachol. Devant la cour il se vante de ses actes anarchistes perpétrés contre une société pourrie. Il est condamné à mort et exécuté en juillet 1892. Après la visite du général de Boisdeffre auprès des Russes, pour l’élaboration d’une alliance militaire, celle ci est signée le 17 août 1892 et ne sera ratifiée par la Russie qu’en 1893. L’assemblée ne vote pas la confiance à Loubet. Ribot, le 5 décembre, est chargé de former un nouveau ministère. Il sera identique au précédent. Sans preuve Déroulède accuse Cornélius Herz d’avoir à sa solde Clemenceau dont il finance le journal " La justice ". C’est un coup très dur pour Clemenceau qui sera écarté de la politique pendant plusieurs années. Rebondissement de l’affaire de Panama. Le baron Reinach précédemment accusé d’avoir acheté les votes de certains parlementaires pour le compte de la compagnie de Panama, est trouvé mort chez lui. Cette fois on découvre chez le banquier Cornélius Herz, des chèques tirés par le baron Reinach pour le compte de certains députés. Le 9 février 1893 procès de l’affaire de Panama Charles de Lesseps est condamné à cinq ans de prison. Le cabinet Ribot tombe, le 4 avril il est remplacé par le ministère Charles Dupuy. Le 24 juin 1894 Sadi Carnot qui inaugure à Lyon les fêtes de l’exposition, est tué d’un coup de couteau par un Italien. Le meurtrier se proclame anarchiste et déclare avoir voulu venger la mort de Vaillant exécuté le 5 février 1894 pour attentat à la bombe, à la chambre des députés.


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996