Page 01

Le mandat de François Mitterrand 

 

 

Le 22 mai 1981 Pierre Mauroy est nommé premier ministre. Dissolution de l'assemblée. Le 26 mai Gaston Deferre suspend les renvois d'étrangers. Les 14 et 21 juin, aux législatives la gauche obtient la majorité absolue. Le 3 juin, Mauroy forme son second gouvernement. Le 8 juillet Louis Mermaz est élu président de l'assemblée nationale. En 1981/1982 le déficit de la sécurité sociale va atteindre 36 milliards, le conseil des ministres décide des mesures énergiques qui provoqueront des mouvements sociaux. Syndicats et patronat critiquent ces mesures. Décembre le gouvernement décide de recourir aux ordonnances pour engager les réformes sur la Nouvelle Calédonie. L'asile politique est accordé à Bani Sadr et Massound Radjavi. Suite à cette décision 106 Français de Téhéran sont rapatriés en France, le gouvernement craint les représailles. Assassinat de Pierre Declercq dirigeant indépendantiste de Nouvelle Calédonie. Réajustement des monnaies européennes, le mark et le florin sont réévaluées de 5%, la lire et le franc sont dévalués de 3%. Assassinat d'Anouar el Sadate. Monsieur Moubarak le remplace. L'ambassadeur français au Liban, Monsieur Louis Delamarre est assassiné à Beyrouth. La France, l'Angleterre, l'Italie et la Hollande décident de participer au maintient de la paix au Proche Orient en installant des troupes sur le Sinaï. Annexion du Golan par Israël. 1982 Loi sur l'audiovisuel, l'école publique (loi Auroux). L'augmentation du chômage force le gouvernement à bloquer les prix pour lutter contre l'inflation et établir un plan de lutte contre le chômage, en instituant une assurance chômage. Aux cantonales de mars le PS perd neuf sièges au détriment de l'opposition. Les régions se voient attribuer les pouvoirs exécutifs. Création du livret A. Suite à un projet présenté par Alain Savary, sur l'unification de l'école, 100000 personnes des écoles privées manifestent dans les rues. Mort de Pierre Mandes France. 1983 Troisième gouvernement Mauroy, Jacques Delors devient ministre de l'économie, du budget et des finances. Pierre Bérégovoy devient ministre des affaires sociales et a la difficile tâche de rééquilibrer la sécurité sociale. Les municipales et les sénatoriales montrent un net recul de la gauche. Harlem Désir à la tête d'un mouvement organisé à Marseille le 15 octobre, fait, le 13 décembre, une entrée triomphale à Paris. 1984 François Mitterand devient pour six mois président de la communauté européenne. Session extraordinaire de l'assemblée pour étudier une loi sur la presse, plus de 3500 amendements seront déposés. Grève des transports routiers, ils bloquent les stations de sport d'hiver en période de vacances. 800000 personnes venues de toute la France manifestent à Versailles en faveur de l'école libre et contre le projet Savary, suite à de larges consultations, un projet va être soumis il ne plaira ni aux laïques ni aux représentants de l'école  privée. En un an l'endettement de la France a augmenté de 52% pour atteindre fin 1983 451 milliards de francs ? Entrée en vigueur de l'assurance chômage. Un projet de loi sur la révision de l'article 11 est rejeté par le sénat. Laurent Fabius est nommé premier ministre, le parti communiste refuse de participer au gouvernement. 1985 Aux cantonales l'opposition gagne 7 sièges. Démission de Michel Rocard, il refuse la réforme du mode de scrutin uninominal à un tour. Adoption du projet de budget 1986 prévoyant une réduction de 3% de l'impôt sur le revenu, de 5% de l'impôt sur les sociétés et une limitation de 3,6% des dépenses de l'état. Adoption de la loi interdisant le cumul de plus de deux mandats pour les hommes politiques. 16 mars 1986, la droite est majoritaire à l'assemblée  nationale. Conformément à la constitution François Mitterand nomme Jacques Chirac premier ministre et le prie de former le gouvernement. De l'hôtel de ville de Paris Jacques Chirac fait savoir qu'il aura recours aux ordonnances. François Mitterand, en conseil des ministres lui fait savoir qu'il n'en acceptera qu'un nombre limité. Édouard Balladur prend des mesures contre la dévaluation. François Mitterand émet des réserves au sujet d'un projet de loi sur les droits d'entée de séjour et d'expulsion des étrangers en France. François Mitterand refuse de signer l'ordonnance prévoyant la privatisation de 65 groupes industriels et financiers, celles prévoyant le découpage électoral, mais transformées en loi elle sera votée par l'assemblée. 1987 Mitterand refuse de signer l'ordonnance sur l'aménagement du temps de travail, mais transformée en loi cette ordonnance est votée par l'assemblée le 19 janvier 1987. Valéry Giscard d'Estaing est favorable à un mandat présidentiel de cinq ans, et ajoute qu'il ne sera pas candidat en 1988. En mars, François Mitterand déclare lors d'une émission télévisée "je n'ai pas l'intention de me représenter... j'aviserai". Jean Marie Le Pen et le FN, avec dix mille Parisiens sont réunis à Pais pour une réforme sur le code de la nationalité. A La Rochelle Raymond Barre critique sévèrement la politique étrangère de François Mitterand et de jacques Chirac. Annonce de la réduction du taux de TVA pour les automobiles il va passer de 33% à 28%. Lors du 60è anniversaire de l'association des maires de France jacques  Chirac offre un banquet à 9000 maires. Le Jihad islamique libère les trois derniers otages français (Marcel Carton, Marcel Fontaine et JP Kauffman), quatre jours avant les présidentielles Pierre Mauroy est élu à la tête du PS par 64 voix contre 53 à Fabius. Michel Rocard est nommé premier ministre, et forme le premier gouvernement du second septennat de François Mitterand. Laurent Fabius est nommé président de l’assemblée nationale. Sommet de Toronto, les sept grands sont d'accord pour réduire la dette du Tiers Monde. Un accord est signé à l'hôtel Matignon entre le premier ministre, Jacques Lafleur député RPCR de Nouvelle Calédonie et Jean Marie Tjibaou président du FLNKS. Cet accord prévoit un referendum et un scrutin d'autodétermination. Le gouvernement débloque 1 milliard pour l'enseignement et réévalue le SMIG de 1%. Valéry Giscard d'Estaing est élu à la tête de l'UDF. Monseigneur Lefèvre et les quatre évêques qu'il a consacrés sont excommuniés par le pape. Adoption en conseil des ministres du projet de loi sur le revenu minimum d'insertion et l'impôt de solidarité sur la fortune. Des malaises sociaux se déclenchent avec la grève des infirmières et des gardiens de prisons. Au premier tour des cantonales on compte 50,90% d'abstentions


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996