Le mandat de Raymond Poincaré

 

La place à la présidence du conseil est prise par Aristide Briand. Son programme porte sur la réforme électorale , l’impôt sur le revenu et le statut des fonctionnaires. En mars Briand dépose un projet de loi portant la durée du service militaire à trois ans. Le sénat repousse la loi sur la proportionnelle, Briand démissionne. Louis Barthou forme un cabinet de radicaux et modérés. Au programme la loi des trois ans, l’école laïque, l’impôt sur le revenu et une réforme électorale. Le 30 mars, se termine la conférence de Londres sur la guerre des Balkans. La Turquie est la grande perdante, tous les antagonistes sont mécontents, surtout la Serbie, car les Autrichiens ont obtenu le retrait des troupes serbes de la côte Adriatique, et la création d’une principauté albanaise. La Bulgarie, la Grèce, la Roumanie sont mécontents de la part qui leur a été attribué. Alors qu’en Allemagne le Reichstag vote un impôt de un milliard de marks, qui servira à porter l’effectif de l’armée allemande à huit cent quinze mille hommes et à l’équiper de matériels nouveaux. En France la gauche et la CGT déclarent violemment leur opposition à la loi des trois ans. Barthou songe à dissoudre la CGT. Pendant ce temps aux Balkans les mécontents vont entrer en lice. La Bulgarie attaque la première, elle est aussitôt envahie par la Roumanie, la Grèce, la Serbie et la Turquie. Le 7 août 1913 la Bulgarie vaincue signe le traité de Bucarest et cède la Dobroudja à la Roumanie. En France, le budget de 1914 s’élève à cinq milliards neuf cents millions, Barthou veut lancer un emprunt pour faire face aux dépenses militaires, le vote est repoussé. Barthou démissionne. Doumergue forme le nouveau ministère. Janvier 1914 Briand et Barthou forment la fédération des gauches hostile à Caillaux et à Doumergue. Puis c’est l’affaire du Figaro. Calmette qui a publié une lettre de Caillaux à sa première épouse dont il est divorcé et dans laquelle il s’y montre opposé à l’impôt sur le revenu, qu’il s’acharne à défendre à la chambre, est assassiné dans son bureau du Figaro par Madame Caillaux qui va ensuite se constituer prisonnière. Caillaux démissionne. Les élections des 26 avril et 10 mai donnent une nette avance à la gauche opposée aux trois ans. En juin le ministère Doumergue donne sa démission. Poincaré nomme Alexandre Ribot. L’archiduc François Ferdinand héritier de la couronne d’Autriche est pressé par Guillaume II d’en finir avec les Serbes. Ce jour du 12 juin Ribot présente son programme qui est de défendre la loi des trois ans, le soir même il est renversé. Le lendemain Viviani forme le nouveau gouvernement avec des radicaux socialistes et des républicains socialistes, il promet le retour au service militaire à deux ans. Le 28 juin l’archiduc François Ferdinand est assassiné avec sa femme à Sarajevo par un étudiant serbe. En France cet attentat inquiète, mais les Français une fois de plus sont plus préoccupés par les vacances et le procès de Madame Caillaux ? Octobre 1915, les députés longtemps silencieux, élèvent la voix. Les trois échecs de Joffre, font naître de violentes critiques. Viviani est renversé et remplacé par Briand, qui donne le ministère de la guerre au général Gallieni. Briand confirme Joffre commandant en chef des armées, mais pour éviter toutes frictions entre Joffre et Gallieni, il nomme Castelnau chef d'état major. Le 16 mars1916, malade, Gallieni donne sa démission du ministère de la guerre. Il est remplacé par le général Roques. Suite à de déplorables nouvelles (le 1er décembre 1916, le roi Constantin de Grèce qui ne cache pas sa sympathie pour l'Allemagne fait attaquer un détachement de marins français, d'autre part l'Autriche et l'Allemagne s'emparent de Bucarest), le 9 décembre, Briand décide de remanier son ministère. Roques est remplacé par Lyautey. En mars 1917 celui-ci excédé par les attaques dirigées contre lui à la chambre, donne sa démission. Ce même jour en Russie des émeutes éclatent. Nicolas II abdique en faveur de son frère; Le nouveau gouvernement décide de poursuivre la guerre. La démission de Lyautey entraîne la chute du cabinet Briand. Fin mars 1917, Poincaré charge Ribot de former le nouveau ministère. Painlevé est à la guerre, Malvy un ami des pacifistes est nommé à l'intérieur. En avril, suite aux oppositions au conseil de guerre de Compiègne, Nivelle donne sa démission, Poincaré la refuse. Le 2 septembre, la démission de Malvy entraîne celle de Ribot. Poincaré charge Painlevé de former le nouveau gouvernement. Celui-ci confie le ministère des affaires étrangères à Ribot. En Russie Trotski est arrêté, Lénine s'enfuie en Finlande, ils sont convaincus de collision avec l'Allemagne. Le 15 octobre 1917 Mata Hari est exécutée. La défaite de Caporetto et l'effondrement de la Russie amènent la chute du ministère Painlevé. Poincaré fait appeler Clemenceau. Le 18 janvier 1919, sous la présidence de Clemenceau, s'ouvre la réunion qui doit régler les clauses imposées aux vaincus. Trente sept nations sont présentes, mais ne participeront aux débats que Clemenceau, Tardieu,, Lloyd George, Wilson, l'Italie et le Japon sont représentés. En février va naître la société des nations, les Américains repousseront le projet. La SDN restera européenne. La décision est prise les alliés occuperont la rive gauche du Rhin avec des têtes de pont sur la rive droite, et ceci pendant quinze ans. Le 21 juin1919 les Allemands n'ayant toujours pas signé les accords, Foch s'apprête à envoyer cent divisions "en Allemagne. De ce fait l'Allemagne signe. Le 28 juin 1919 est signé le traité de Versailles. Le 10 septembre 1919 à Sain -Germain en laye est signé le traité avec l'Autriche, le 27 novembre1919 à Neuilly-sur-Seine le traité avec la Bulgarie, le 4 juin1920 à Trianon le traité avec la  Hongrie, le 10 août 1920 à Sèvres le traité avec la Turquie. L'empire autrichien est divisé en quatre états Tchécoslovaquie, Hongrie, Autriche et Yougoslavie. Mai 1919 en France les ouvriers se plaignent de la vie chère, le 1er mai des troubles éclatent. Ils sont brutalement réprimés par Clemenceau. Novembre 1919 les élections amènent au pouvoir quatre cents députés du bloc national, la gauche est écrasée. On appellera cette assemblée la "chambre bleu horizon". Janvier 1920, le septennat de Poincaré s'achève. On pense à élire Clemenceau, mais son attitude anticléricale l'évincera de la présidence. Le 17 janvier Paul Deschanel est élu par 734 voix contre 130. "Dans cette troisième république comme dans la suivante on peut voir que le président inaugure les chrysanthèmes, il n'a que le pouvoir, de nommer le chef du gouvernement. Toutes les décisions sont du ressort du chef du gouvernement. Il en sera autrement dans la cinquième république que l'on a appelé un régime présidentiel.


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996